“La France reste attractive pour les étudiants du monde entier”

Article Le Monde

Premier pays d’accueil non anglophone pour les étudiants étrangers et quatrième destination mondiale selon l’Unesco, la France a enregistré des résultats encourageants pour l’année universitaire 2016-2017. Selon les derniers chiffres de Campus France, l’Agence française pour la promotion de l’enseignement supérieur, l’accueil et la mobilité internationale, publiés jeudi 12 avril, le nombre d’étudiants étrangers a progressé de 4,6 %, la plus forte hausse annuelle depuis cinq ans, pour atteindre 323 933 personnes.

Ce rebond est bienvenu car la mobilité diplômante continue à progresser rapidement dans le monde (+ 6,2 % l’an dernier selon Campus France), et la France a perdu du terrain continuellement depuis dix ans. Pourtant, les étudiants français sont de plus en plus nombreux à partir à l’étranger (plus de 80 000 pour l’année universitaire 2015-2016, soit une hausse de 41 % en cinq ans), et forment par exemple le premier contingent des départs par le programme européen Erasmus.

Selon les chiffres de Campus France, la majorité des étudiants étrangers sont des étudiantes (52,4 % en 2016-2017). Elles sont inscrites davantage que leurs consœurs françaises dans des filières de sciences fondamentales (un tiers y étudient, contre un quart des Françaises).

Le Maroc reste en tête des pays d’origine de ceux qui choisissent de venir étudier en France, devant la Chine, la Tunisie, l’Algérie et l’Italie. Même si 71 % des étudiants étrangers ont opté pour l’université en 2016-2017 (soit 231 120 personnes, en hausse de 5,1 % en cinq ans), les plus fortes progressions sont affichées par les grandes écoles, notamment celles de commerce qui ont recruté plus de 5 000 élèves supplémentaires, soit une hausse de 23,7 %.

Talonnée par l’Allemagne, la France est encore la quatrième destination mondiale pour les étudiants en mobilité internationale (derrière les Etats-Unis, le Royaume Uni et l’Australie), sur l’année universitaire 2015-2016, selon des chiffres de l’Unesco, qui ne prend en compte que la mobilité « diplômante » (hors Erasmus par exemple). Elle comptabilisait 239 000 étudiants étrangers en France en 2015-2016 (contre 228 800 outre-Rhin, et 226 400 en Russie).