Les actualités du
réseau de coopération
culturelle français
en Belgique

Informations pratiques sur les études en Belgique


Vous souhaitez étudier en Belgique ?

Retrouvez toutes les informations utiles sur les équivalences de diplômes, le financement de vos études, la recherche d'un logement et l'organisation de l'enseignement surpérieur en Belgique sur le site du Consulat.

Accès direct au site du Consulat de France en Belgique

Etudes médicales et paramédicales en Belgique


Décret régulant le nombre d’étudiants dans certains cursus de premier cycle de l’enseignement supérieur du 16 juin 2006

Ce décret régule le nombre d’étudiants dans 5 filières de première année d’études médicales et paramédicales.

Liste des 5 filières :

  • Bachelier en kinésithérapie et réadaptation,
  • Bachelier en médecine vétérinaire
  • Bachelier en sciences psychologiques et de l’éducation, orientation logopédie (équivalent orthophonie en France)
  • Bachelier en médecine : attention examen d’entrée à partir de septembre 2017 – voir plus bas
  • Bachelier en sciences dentaires : attention examen d’entrée à partir de septembre 2017 – voir plus bas

Quotas :

* 30 % d’étudiants non résidents pour : Bachelier en kinésithérapie et réadaptation, Bachelier en sciences, psychologiques et de l’éducation, orientation logopédie, Bachelier en médecine, Bachelier en sciences dentaires
* 20 % d’étudiants non résidents pour : Bachelier en médecine vétérinaire


La procédure d’inscription reste classique pour toutes les autres filières.


Si l’étudiant n’est pas résident au sens du décret (voir plus bas) :

Cas 1 – pour les étudiants en kinésithérapielogopédie et vétérinaire :

Son dossier sera tiré au sort avec les quotas ci-dessus. Inversement, un étudiant résident au sens du décret n’est pas concerné par le tirage au sort.

Cas 2 – pour les étudiants en médecine et dentisterie

Ils seront classés en fonction des résultats obtenus lors de l’examen d’entrée (voir plus bas) et les attestations leur seront distribuées dans l’ordre de ce classement jusqu’à arriver au seuil de 30% du nombre total des attestations.

Inversement, un étudiant résident au sens du décret n’est pas concerné par ce classement et accédera aux études si le concours est réussi.

Par étudiant résident au sens du décret il y a lieu d’entendre l’étudiant, qui, au moment de son inscription dans un établissement supérieur, apporte la preuve qu’il a sa résidence principale en Belgique et qu’il remplit l’une des conditions suivantes :

1. Avoir sa résidence principale en Belgique depuis au moins 15 mois en y exerçant une activité professionnelle continue et supérieure à 20h par semaine
2. Avoir sa résidence principale en Belgique depuis au moins 3 ans 
3. Avoir son père/mère/tuteur légal ou conjoint qui exerce une activité professionnelle depuis au moins 6 mois en Belgique dans les conditions du point 1

Pour les cas particuliers et pour en savoir plus


Inscription

La demande d’inscription dans ces filières se fait entre fin juin et fin août. Il convient de se rapprocher de l’université à laquelle l’étudiant souhaite s’inscrire pour connaître les dates exactes.

Pour les filières mentionnées ci-dessus, l’étudiant ne peut faire qu’une demande d’inscription pour une seule institution par année scolaire.

IMPORTANT : L’étudiant doit également faire une demande d’équivalence de son baccalauréat français auprès du Service d’équivalences de la Fédération Wallonie Bruxelles avant le 15 juillet : voir rubrique "Étudier en Belgique"


Les études de médecine et de dentisterie

Vous envisagez des études en médecine ou en dentisterie en Communauté française de Belgique ? Attention, les modalités d’accès à ces études ont changé en 2017. Pour vous inscrire aux études de premier cycle en sciences médicales ou en sciences dentaires, il est nécessaire de réussir un examen d’entrée.

Pourquoi cet examen d’entrée ?

En Belgique, le programme de la formation de base en médecine s’étale sur 6 ans et est constitué d’un Bachelier (équivalent de la Licence française) et d’un Master, menant au diplôme de médecin. Ce programme doit ensuite obligatoirement être complété par un Master de spécialisation (en médecine générale ou dans une autre spécialité médicale) qui donne accès à l’obtention d’un numéro INAMI (Institut National d’Assurance Maladie-Invalidité) et à la pratique médicale remboursée par l’assurance santé obligatoire. La Ministre fédérale belge de la santé a conditionné l’octroi de ces numéros INAMI aux étudiants en cours d’étude, à la mise en place d’un filtre sous forme d’examen d’entrée devant permettre dans le futur une certaine correspondance entre le nombre d’étudiants diplômés en Médecine et Sciences dentaires et les quotas de numéros INAMI décidés par le gouvernement fédéral.

Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté le 29 mars 2017 un décret instaurant, dès la rentrée académique 2017-2018, l’obligation de réussite de cet examen d’entrée et en précisant les modalités.

Modalités

L’examen sera organisé sous la forme d’une épreuve écrite comportant deux parties et portera sur les matières suivantes :

  • Partie 1 - Connaissance et compréhension des matières scientifiques (biologie, chimie, physique et mathématiques).
  • Partie 2 - Communication et analyse critique de l’information :
    • Évaluation des capacités de raisonnement, d’analyse, d’intégration, de synthèse, d’argumentation, de critique et de conceptualisation ;
    • Évaluation de la capacité à communiquer et à percevoir les situations de conflit ou potentiellement conflictuelles ;
    • Évaluation de la capacité de percevoir la dimension éthique des décisions à prendre et de leurs conséquences pour les individus et la société ;
    • Évaluation de la capacité à faire preuve d’empathie, de compassion, d’équité et de respect.

L’ensemble du programme détaillé de l’examen est décrit dans l’annexe de l’arrêté du gouvernement de la communauté française du 19/4/2017 arrêtant le programme détaillé de l’examen d’entrée et d’accès aux études de premier cycle en sciences médicales et/ou des études de premier cycle en sciences dentaires.

La première partie de l’examen dispose de prérequis relatifs à des connaissances scientifiques. Concernant la deuxième partie, le candidat devra être capable de comprendre un texte traitant d’un sujet à orientation médicale. Il devra pouvoir appréhender le sens global de ce texte, mais aussi attester d’une compréhension précise et critique des différents éléments le composant. Cette partie évalue également différents domaines importants de l’exercice d’une profession de soins de santé, en particulier celle de médecin ou de dentiste (la communication, l’éthique, l’empathie,…). Elle mesure des compétences personnelles qui démontrent des qualités intrinsèques du candidat. L’ensemble des matières de la partie 2 correspond donc soit à des savoirs de base qui doivent pouvoir être mobilisés par les étudiants à l’entame de leur formation de première année de premier cycle, soit à des compétences humaines d’analyse critique et d’empathie.

Inscription

L’inscription à l’examen d’entrée est centralisée sur le site internet de l’Académie de Recherche et d’Enseignement Supérieur (ARES). Les candidats doivent préciser dans quelle université de la Fédération Wallonie-Bruxelles ils souhaitent suivre les cours de première année en cas de réussite. Les étudiants non-résidents devront également s’inscrire dans l’université de leur choix et réaliser toutes les démarches nécessaires dans les délais prescrits. Il est notamment nécessaire de faire une demande d’équivalence de son diplôme d’études secondaires auprès du Service d’équivalences de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Vous disposez d'un délai de 5 jours ouvrables, après la date de notification de la réussite, pour introduire votre demande d'équivalence accompagnée de la preuve de réussite dudit examen d'admission. Il est cependant recommandé de s’y prendre à l’avance en respectant le calendrier général qui prévoit une date limite le 15 juillet pour éviter toute déconvenue. L’inscription est payante et est intégralement remboursée en cas de participation à l’examen ou si l’étudiant annule son inscription plus de 3 jours ouvrables avant la date d’organisation de l’examen.

Vous trouverez toutes les informations sur la procédure d’inscription et les dates d’examen d’entrée sur le site internet de l’ARES.


Attestation de réussite

Pour réussir l’examen d’entrée et recevoir l’attestation, il faudra obtenir 10/20 de moyenne pour les parties 1 et 2 et un minimum de 8/20 dans chacune des matières. L’attestation de réussite sera délivrée au maximum dans les 10 jours suivant la date de l’examen. Il n’y aura pas de quota fixé sauf pour les étudiants non-résidents dont le nombre ne pourra pas dépasser 30% du nombre total de réussite . Les étudiants non-résidents seront classés en fonction des résultats obtenus lors de l’examen d’entrée et les attestations leur seront distribuées dans l’ordre de ce classement jusqu’à arriver au seuil de 30% du nombre total des étudiants ayant réussi l’examen. La sélection par tirage au sort disparait donc.

En cas d’échec à l’examen d’entrée, l’étudiant ne pourra repasser l’examen qu’au cours d’une seule année académique dans les 5 ans. S’il obtient une attestation, cette attestation permettra son inscription au 1er bloc des études en sciences médicales ou dentaires uniquement l’année de l’examen (sauf cas de force majeure).


Les études vétérinaires

Les modalités d’accès à ces études ont changé en 2017.

Pour vous inscrire aux études de premier cycle en sciences vétérinaires, vous devez obligatoirement passer le TOSS (test d’orientation du secteur de la santé).

Le TOSS s’adresse désormais uniquement aux étudiants qui souhaitent entamer des études en sciences vétérinaires.

Passer le TOSS permet d’obtenir l’attestation de participation effective au test, que vous devrez obligatoirement fournir pour vous inscrire.

Le TOSS vous permet également de mesurer vos connaissances et, si vous le souhaitez, de bénéficier d’activités préparatoires qui vous permettront de vous mettre à niveau et d’augmenter vos chances de réussite.

En attendant, vous pouvez déjà évaluer vos connaissances en passant les quiz "matières" qui sont mis à votre disposition.

Consultez la rubrique « Le TOSS en 25 questions » et retrouvez les dates et lieux du test sur le site de l'ARES.

Pour toute question, prenez contact à l’adresse toss@ares-ac.be

 

Les études en psychomotricité

Actuellement, la profession n’étant pas réglementée en Belgique alors qu’elle l’est en France, le dossier de demande d’autorisation d’exercice est “gelé” dans les Délégations Régionales de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale (DRJSCS) en France.

En effet, les psychomotriciens diplômés en Belgique n’ont actuellement pas la possibilité d’exercer, même en Belgique.

Pour cette raison, par voie de conséquence, il ne vous est pas possible non plus de déposer une demande d’autorisation d’exercice en France.

L’état actuel de la situation des étudiants en psychomotricité en Belgique nous amène à déconseiller de suivre ces études tant que la situation n’aura pas été résolue.