“Le moindre geste” – Selma et Sofiane Ouissi

Date
02/06/2017 – 28/08/2017

Lieu
Museum voor Schone Kunsten
Fernand Scribedreef 1
Gent

Catégorie
Danse / Théâtre


“The Minor Gesture”, la philosophe canadienne Erin Manning défend l’idée que le pouvoir de transformation ne réside plus dans les grands, mais dans les petits gestes, les gestes quotidiens.

Les chorégraphes tunisiens Selma et Sofiane Ouissi pensent aussi que les gestes peuvent transcender les différences. Poétiques et politiques, leurs créations enregistrent le langage non verbal et créent des modes de cohabitation basés sur l’attention et l’échange avec l’autre.

Leur nouvelle œuvre nous confronte aux récits de vie en marge du discours dominant. Installation-performance mêlant la vidéo, le mouvement et le dessin, elle nous invite à rencontrer ces citoyens invisibles à travers le geste et l’empathie. Un jeu complexe entre regardeurs et regardés s’opère, les mouvements de l’autre se transforment en partition à lire. Le corps est une archive, susceptible de révéler l’individu dans toutes ses subtilités.

“Le moindre geste” fait partie de l’exposition “Manufactories of Caring Space-time” au MSK Gent.

Performances :

  • 31 mai à 11h et à 14h
  • 1er juin à 11h et à 14h
  • 2 juin à 11h00 et 18h30 + vernissage de l’exposition
  • 3 juin à 13h et à 16h

Exposition “Manufactories of Caring Space-Time” du 3 juin au 27 août.

> Réservation des places sur le site du Vooruit.


In haar boek “The Minor Gesture” stelt de Canadese filosofe Erin Manning dat de omwentelingen van het menselijk handelen niet in het grote gebaar schuilen, maar in kleine, alledaagse, haast onopgemerkte gebaren. Het Tunesische choreografenduo Selma en Sofiane Ouissi gelooft in het potentieel van het kleine gebaar om taalgrenzen en sociaal-culturele verschillen te overstijgen. Hun werk is politiek en poëtisch en gaat over de rijkdom van lichaamstaal; het creëert ideeën voor een nieuwe samenleving waar aandacht is voor de ander. Le Moindre Geste plaatst je recht tegenover Brusselaars die in de marge van het dominante discours leven. De makers traceren het kleinste gebaar door middel van dans, video en illustratie, in een intieme installatie die de toeschouwers uitnodigt om de levens en littekens van onzichtbare medeburgers te leren kennen. Er komt een delicate empathische wisselwerking op gang tussen wie kijkt en wie bekeken wordt. Het lichaam is een archief van geleefde ervaringen en de beweging een partituur om het levensverhaal te kunnen lezen. Bewegen betekent bewogen worden.