Grensgeval (Borderline) – Guy Cassiers

Date
04/05/2017 – 02/06/2017

Lieu
Toneelhuis
Komedieplaats 18
Anvers

Catégorie
Danse / Théâtre


La lauréate du prix Nobel Elfriede Jelinek écrit “Die Schutzbefohlenen” en 2013, en réaction à la problématique toujours plus navrante de la situation des réfugiés en Europe. Deux ans avant que la crise des réfugiés n’éclate dans toute son intensité, elle écrit cette pièce qu’elle continue à compléter et à alimenter de commentaires sur son site internet. Pour Jelinek, le réfugié est la figure par excellence permettant de sonder la situation actuelle de l’Europe et de mener la discussion sur les valeurs et normes, la place de la religion, la responsabilité de la politique.

Guy Cassiers s’attaque au texte véhément de Jelinek et en fait le volet d’un diptyque sur la problématique de la migration. Il place la violence verbale de “Grensgeval” face au texte touchant et poétique, mais non moins poignant “La petite fille de monsieur Linh” (Philippe Claudel).

Guy Cassiers monte le spectacle avec quatre comédiens et des étudiants en danse du Conservatoire royal d’Anvers. La chorégraphe française Maud Le Pladec assure la chorégraphie. À l’automne, un remake du spectacle avec des étudiants du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon (CNSMD Lyon) est prévu et la production poursuit sa tournée internationale.

Prochaines dates en Belgique :

  • 6, 7, 9, 10, 11, 12 et 23 mai au Bourlaschouwburg à Anvers
  • 24 mai à Courtrai
  • 1er et 2 juin au Kaaitheater à Bruxelles

Nobelprijswinnares Elfriede Jelinek schreef in 2013 “Die Schutzbefohlenen” als reactie op het steeds schrijnender wordende vluchtelingenprobleem in Europa. In haar versie geeft Jelinek de asielzoekers een stem én legt zij met haar scherpe pen genadeloos het cynisme en latente racisme in Europa bloot.

Guy Cassiers leest de tekst van Jelinek als een polyfonie van stemmen en thema’s die gedragen wordt door vier acteurs (Katelijne Damen, Abke Haring/Sanne Samina Hanssen, Han Kerckhoffs en Lucas Smolders). Voortdurend verschuift het perspectief: van mededogen over onverschilligheid naar afwijzing. Soms hoor je het verhaal van de vluchtelingen en hun moeizame overtocht, dan weer krijg je ambigu commentaar van hen die aan de kant staan en toekijken. Tegenover deze woordenstroom kiest Cassiers voor een sterke fysieke aanwezigheid in de groep van een vijftiental dansers in een choreografie van Maud Le Pladec.

Voor scenografie en kostuums liet Tim Van Steenbergen zich inspireren door de beelden die ons dagelijks overspoe- len in de media, maar ook door iconische beelden zoals die van Hieronymus Bosch.